Home > 2017 > Resources Year Fourvière > Le « désir » de Marie



Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

22 January

Saint Vincent, deacon, martyr
1881, Brother François, first Superior General of the Marist Brothers, died at the Hermitage in France
1991 Decree on the heroicity of virtues of Brother Alfano Vaser
1881, Brother François, first Superior General of the Marist Brothers, died at the Hermitage in France

Marist Calendar - January

Le « désir » de Marie

 

Fourvière - 2015/16


Jean-Claude Courveille - 1812

Bicentenary of the foundation of the Institute
Resources: Year Montagne | Year Fourvière | Year La Valla

Jean-Claude Courveille, né à Usson en Forez (42) le 15 mars 1787, avait perdu la vue à l’âge de 10 ans à la suite d’une variole mal soignée.

Il est guéri miraculeusement à l’occasion d’un pèlerinage à N.D. du Puy le 15 août 1809, après une onction avec l’huile des lampes du sanctuaire.

Il retourne plusieurs fois au Puy pour rendre grâce.

Le 15 août 1812, il a une « révélation » qui sera à l’origine de la Société de Marie.

Lire la suite dans le document ci-joint :

Pour télécharger le document, cliquer sur l’icône, puis, avoir avoir visualisé le document, cliquer sur « précédente » pour revenir à l’article en cours.

C’est à la suite de cette « révélation » que des jeunes gens se réunissent au grand séminaire de Lyon, alors situé à « la Croix Paquet » et se déterminent peu à peu à fonder la Société de Marie.

 

Le « désir » de Marie :

N.D du Puy : 15 août 1812,
relaté en 1853, bien des années après, par Jean Claude Courveille.

J’entendis, non des oreilles du corps, mais de celles du cœur, intérieurement mais très distinctement :

Voici ce que je désire.
Comme j’ai toujours imité mon divin Fils en tout, et que je l’ai suivi jusqu’au Calvaire, me tenant debout au pied de la croix lorsqu’il donnait sa vie pour le salut des hommes, maintenant que je suis dans la gloire avec lui, je l’imite dans ce qu’il fait sur la terre pour son Eglise, dont je suis la protectrice et comme une armée puissante pour la défense et pour le salut des âmes. Comme dans le temps d’une hérésie affreuse qui devait bouleverser toute l’Europe, il suscita son serviteur Ignace pour former une société qui porta son nom en se nommant Société de Jésus et ceux qui la composaient Jésuites, pour combattre contre l’enfer qui se déchaînait contre l’Eglise de mon divin Fils, de même je veux, et c’est la volonté de mon adorable Fils, que dans ces derniers temps d’impiété et d’incrédulité, il y ait aussi une société qui me soit consacrée, qui porte mon nom et se nomme la société de Marie et que ceux qui la composeront se nomment aussi Maristes, pour combattre contre l’enfer

4095 visits