Home > E-maristes > Circulars > Br. François - 22/04/1843



Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

27 January

Saint Angela Merici
Day of Mourning the Holocaust

Marist Calendar - January

Circulaires 29

 

Br. François
22/04/1843 - Vol. I, n. 29
Circular 29


Circulaire du 22 avril 1843 : Dévotion à Marie. - Zèle pour l'inspirer aux enfants. - Nos établissements. - Chefs lieux de    Districts

51.01.01.1843.2

 V. J. M. J[1].

 Notre-Dame de l'Hermitage, le 22 avril 1843.

   Nos Très Chers Frères,

A l'approche du beau Mois de Marie, je me sens pressé de vous faire part des sentiments dont je suis pénétré, et que je désire que vous ayez tous.

C'est à Marie, vous le savez, que nous devons notre vocation religieuse ; c'est elle qui nous a tous réunis dans la Société qui porte son nom. Je n'ai pas besoin de vous dire ce qu'elle a fait pour notre Congrégation en général, et pour chacun de nous en particulier.  Vous connaissez les marques sensibles de sa puissante protection sur l’œuvre que nous sommes appelés à continuer.

De quelles grâces et de quelles bénédictions n'a-t-elle pas prévenu notre bon et pieux Fondateur !  Elle était sa ressource ordinaire, sa force et son refuge.  Vous vous souvenez comme moi que Marie était toute sa richesse, et qu'en elle il avait mis tout son espoir. C'est par sa grande confiance en cette bonne Mère que, malgré les efforts du démon et les contradictions du monde, il a réussi à fonder une Société qui donne aujourd'hui l'instruction religieuse à près de quinze mille enfants.

Marie continue, N. T. C. F., à nous donner chaque jour de nouvelles marques de sa bonté.  Elle multiplie ses enfants, elle perfectionne son œuvre, elle l'étend et la développe.  En même temps qu'elle éprouve notre confiance en retardant l'effet de nos démarches auprès des puissances de la terre, elle entretient notre amour et excite notre reconnaissance, en nous fournissant à point nommé tous les secours dont nous avons besoin sous tous les rapports et dans toutes les circonstances.

C'est Marie qui a ménagé et consommé notre union avec les bons Frères de Saint-Paul-trois-Châteaux, union sainte et salutaire qu'elle perfectionne tous les jours et qui, nous l'espérons, deviendra de plus en plus chère et précieuse aux uns et aux autres. C'est par Marie que nos Etablissements se soutiennent, s'améliorent et se multiplient. C'est elle qui nous assure la faveur de Nosseigneurs les Evêques et de tout le Clergé, qui nous conserve la bienveillance des Autorités civiles, qui nous prépare, en grand nombre, de nouveaux Etablissements et qui se charge de remplacer par de bons et pieux novices les Frères qu'elle appelle à l'enseignement. Oui, c'est à Marie que la Société doit son origine, sa conservation et ses progrès.  C'est sa main qui conduit tout, qui soutient tout, qui dirige tout. Oh ! que nous sommes heureux, N. T. C. F., d'être ainsi sous la protection continuelle de Marie, de reconnaître Marie pour notre première supérieure et d'avoir en Marie tout notre appui, toutes nos espérances et toutes nos consolations.

Mais, N. T. C. F., que des témoignages si sensibles de la bonté de Marie sur nous doivent fortement nous attacher à elle et nous porter efficacement à l'aimer de tout notre cœur ! Que notre confiance en cette bonne Mère soit donc sans borne comme sa clémence et son pouvoir.  Que notre zèle pour la faire connaître et la faire aimer ne soit arrêté par aucune difficulté, ne recule devant aucun effort. Pensons combien il est avantageux à chacun de nous de propager la dévotion à cette tendre et bonne Mère. Il suffit à ce sujet de rappeler ce que disent les saints Docteurs et l'Eglise tout entière. Saint Bernard affirme que ceux qui prennent soin de publier la gloire de Marie et de la faire connaître sont assurés du paradis. Saint Laurent-Justinien dit qu'honorer Marie et étendre sa dévotion, c'est acquérir la vie éternelle.  Celui qui publie les miséricordes de Marie ne peut se perdre, ajoute saint Hilaire, quand même par le passé il aurait grièvement offensé son Créateur. L'Eglise est tout à fait dans ces sentiments, puisqu'elle applique à Marie ces paroles : Ceux qui publient mes louanges auront la vie éternelle.

N'oublions pas en outre, N. T. C. F., que le grand moyen de faire du bien parmi les enfants et de les gagner à Dieu, c'est de les recommander à Marie et de leur inspirer envers elle une grande et véritable dévotion. Recourons donc à cette bonne Mère dans toutes nos difficultés. Lorsque l'insouciance, la légèreté ou l'insubordination vient paralyser nos efforts, appelons Marie à notre secours. Elle aplanira les obstacles ; elle excitera les indolents, fixera les inconstants et soumettra les rebelles ; elle relèvera notre courage et bénira nos travaux.  Oui, N. T. C. F., ayons toujours les yeux tournés vers Marie. N'allons à Jésus que par Marie.  Faisons tout pour Jésus en Marie, et soyons de cœur, d'esprit et d'action de véritables Frères de Marie.

Dans ces vues, N. T. C. F.,

1° chacun de vous apportera le plus grand zèle à bien faire faire à ses enfants et à bien faire soi-même le saint Mois de Marie : on y mettra toute la solennité et tout l'intérêt possibles.

2° Tous les Frères profiteront de !ce saint temps pour inspirer aux enfants une grande dévotion à notre auguste Mère. Ils s'attacheront surtout à graver profondément dans leurs cœurs cette maxime si constante et si vraie, qu'un véritable serviteur de Marie ne périra jamais. Ils leur apprendront à adresser tous les jours de leur vie quelque prière à cette bonne Mère, le Souvenez-vous, par exemple.

3° Dans les catéchismes, les Frères s'appliqueront à faire connaître les augustes privilèges de Marie, surtout celui de son Immaculée Conception. Ils se plairont à l'invoquer sous ce glorieux titre : Marie conçue sans péché, priez pour nous. C'est aujourd'hui la dévotion de tout l'Episcopat, de tout le clergé et de toute l’Eglise. Nous, enfants privilégiés de Marie, resterions en arrière ?

4° Les Frères n'oublieront pas que la dévotion à Marie doit nous porter sans cesse à la remercier de ses bienfaits et à bénir Dieu de nous avoir donné une si bonne Mère. Un saint missionnaire de la Compagnie de Jésus disait « Beaucoup aiment Marie, louent et invoquent Marie mais peu pensent à remercier Dieu de nous avoir donné Marie. »

5° Conformément à ce que nous a dit le R. Père qui a donné notre dernière retraite, nous demanderons instamment à Marie qu'elle nous envoie un grand nombre de bons et pieux novices. Les besoins sont si grands, les demandes si multipliées et si pressantes, que nous ne saurions trop solliciter cette grâce, et concourir nous-mêmes de toutes les manières possibles, à seconder les vues de la Providence sous ce rapport. Nous n'oublierons pas, du reste, les autres besoins spirituels et temporels de notre chère Congrégation.

Nos Très Chers Frères, je vous avais promis, aux vacances dernières, de vous faire passer les articles qui ont été ajoutés à la Règle ; mais de nouvelles réflexions m'ont porté à attendre encore : j'ai besoin de conférer de nouveau avec vous sur quelques-uns de ces articles avant de les livrer à l'impression.

Comme les années précédentes, je vous donne le tableau de nos établissements, avec les chefs-lieux de districts. J'espère qu'on sera fidèle à observer les articles de la Règle qui y ont rapport.

1° NOTRE-DAME DE L'HERMITAGE, LAVALLA, TARENTAISE, IZIEUX, LA GRANGE- PAYRE, SAINT-CHAMOND, SORBIER.

2° MARLHES, SAINT-GENEST-MALIFAUX, SAINT-JULIEN-MOLHESABATE.

3°BOURG-ARCENTAL, SAINT-SAUVEUR, BOULIEU, PEAUGRES, SAINT-FÉLICIEN.

4° SAINT-SYMPHORIEN-LE-CHATEAU, CHAZELLES-SUR-LYON, SAINT-MARTIN-EN-HAUT, SAINT-MÉDARD.

5° AMPUIS, LES ROCHES-DE-CONDRIEU, CHAVANAY, PÉLUSSIN, SAINT-PIERRE-DE-BOEUF.

6° NEUVILLE, ANSE.

7°VALBENOITE.  FIRMINY, TERRENOIRE, SURY.

8° MILLERY, MORNANT, SAINT-SYMPHORIEN-D'OZON, GRIGNY.

9° LA COTE-SAINT-ANDRÉ, VIRIVILLE, LE GRAND LEMPS.

10° LORETTE, SAINT-PAUL-EN-JARRET, SAINT-MARTIN-LA-PLAINE.

11° PROVIDENCE DE SAINT-JUST, PROVIDENCE DE SAINT-NIZIER (LYON), GENAS, ECULLY.

12° ST-DIDIER-SUR-ROCHEFORT, ST-GERMAIN-LAVAL.

13° SAINT-DIDIER-SUR-CHALARONNE, THOISSEY.

14° LAVOULTE,.

15° SAINT-POL-SUR-TERNOISE.

16° CRAPONNE, USSON.

17° BOUGÉ-CHAMBALUD.

18° VAUBAN, CHARLIEU, PERREUX, SEMUR, DIGOIN,

19° SAINT-LATTIER, SAINT-VÉRAND.

20° NANTUA.

21° CARVIN, BEAUCAMP.

22° GOUDARCUES.

23° BRETEUIL.

24° COIRBEYSSIEU.

25° BOUILLARGUES.

MISSION DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE.

PROVINCE DE SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX.

 Il n'y aura cette année qu'une seule Conférence. Elle se fera sur le système légal des poids et mesures pour l'arithmétique, et sur le participe pour la grammaire. On y suivra le même règlement que les années précédentes.

Pour votre District, cette Conférence aura lieu à………….. le………..

Je pense que vous avez tous rempli à l'égard de notre cher Frère Siméon ce que prescrit la Règle pour les Frères profès défunts.  N'oublions pas de prier pour les âmes du purgatoire, principalement pour ceux de nos parents et des membres de la Société qui pourraient se trouver dans ce lieu de peine et d'expiation.  Et pour nous, N. T. C. F., efforçons-nous de plus en plus d'affermir notre vocation et notre élection par les bonnes œuvres. Humilions-nous sous la puissante main de Dieu, afin qu'il nous élève dans le temps de sa visite.  Jetons dans son sein toutes nos inquiétudes, parce qu'il a lui-même soin de nous. Soyons sobres et veillons ; car le démon notre ennemi tourne autour de nous comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer. Résistons-lui en demeurant fermes dans la foi ; et après que nous aurons souffert un peu de temps, le Dieu de toute grâce, qui nous a appelés en Jésus-Christ à son éternelle gloire, nous perfectionnera, nous fortifiera et nous affermira comme sur un solide fondement jusqu'à ce que nous allions tous nous réunir dans le Ciel aux pieds de Jésus et de Marie.

Dans l'union de leurs saints Cœurs, je suis avec la plus vive affection,

Nos Très Chers Frères,

Votre très humble et très dévoué Frère et serviteur,

F. François.

 


Circulaires des Supérieurs à la page 71. NDLR

4097 visits