Home > E-maristes > Circulars > Br. François - 01/08/1846



Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

27 January

Saint Angela Merici
Day of Mourning the Holocaust

Marist Calendar - January

Circulaires 36

 

Br. François
01/08/1846 - Vol. I, n. 36
Circular 36


Circulaire du 1ier  août 1846 : Retraites. - Avis au sujet des livres. - habits, etc.  - Arrérages. - Mort du F. Béronique. - Réimpression du Recueil de Cantiques. - Appel de secours pour acquitter les dépenses et les réparations

V. J. M. J.

51.01.01.1846.2

 Notre-Dame de l'Hermitage, le 1ieraoût 1846.

   Nos très chers Frères,

Nous suivrons, cette année, pour nos vacances et pour la retraite annuelle, le même ordre que les années précédentes.

A Notre-Dame de l'Hermitage, et pour la province de Viviers, les vacances auront lieu du 1ierseptembre au 1ieroctobre ; à Saint-Paul-trois-Châteaux, du 15 septembre au 15 octobre ; et dans le Nord, du 15 août au 15 septembre.

La retraite, pour les Frères du Nord, aura lieu dans l'Octave de l'Assomption ; à Notre-Dame de l'Hermitage, elle s'ouvrira le 31 août ; à Notre-Dame de la Bégude, le 14 septembre ; et à Saint-Paul-trois-Châteaux, le 24 du même mois.

Les Frères termineront leurs classes et placeront leurs distributions, de manière qu'ils puissent tous être rendus à la Maison-Mère et dans les Maisons Provinciales, le jour de l'entrée en vacances.

Je recommande aux chers Frères Directeurs d'apporter les manuels, les livres d'office et autres livres de piété marqués dans la Règle, qui ne seraient pas à l'usage d'un Frère en particulier.

Les habits, les manteaux, les bas, les souliers et autres parties de l'habillement des Frères qui auraient été laissés dans les Etablissements, doivent aussi être apportés à la Maison-Mère. Je tiens beaucoup à ces deux articles, et je vous prie de ne pas y manquer. Il m'est revenu que quelques-uns, l'année dernière, avaient oublié plusieurs objets.

Avant de partir de vos Etablissements, vous aurez soin de mettre tout en ordre et dans un grand état de propreté : linge, vaisselle, livres, meubles, etc. Les Frères Directeurs régleront tous leurs comptes, en sorte qu'ils puissent les faire viser en arrivant. Je leur recommande de ne rien négliger pour faire rentrer l'argent qui leur est dû : pensions, mois d'école, allocations communales, etc. Ils ont dû déjà envoyer aux parents des élèves un état détaillé de tout ce qu'ils redoivent, les prévenir du jour de la sortie, et les avertir que, ce jour-là, tout doit être soldé. L'expérience prouve assez que si l'on n'est pas soigneux â ne laisser courir aucun arrérage, on a toujours beaucoup de pertes à essuyer.

Les Frères de chaque Etablissement se rendront ensemble à la Maison-Mère sous la conduite de leur frère Directeur, gardant avec exactitude les règles de piété et de modestie qui conviennent à des religieux, et évitant, toute imprudence qui pourrait nuire à leur santé. Chacun surveillera avec soin ses hardes et ses paquets, pour que tout arrive d'une manière sûre et avec le moins de frais possible.

En arrivant, après avoir visité Notre-Seigneur au Très Saint Sacrement, rendu vos devoirs aux Frères qui président, et pris les soulagements convenables, vous vous rendrez au lieu désigné et vous vous occuperez à arranger vos petites affaires. Nous désirons que, dans chaque maison, vous trouviez, autant que possible, tout ce qui vous sera nécessaire, et que vous fassiez connaître sans peine vos besoins.

Les vertus auxquelles on devra s'exercer plus spécialement pendant, les vacances, sont : la fidélité au Règlement, l'observation exacte du silence dans les temps marqués, et une grande union, une cordiale charité les uns avec les autres. Point de rapports, ni de paroles qui puissent fatiguer ou scandaliser qui que ce soit de vos confrères. Vous ne devez taire aucune des observations qui intéressent le bien général de la Congrégation et le bon ordre des Etablissements; mais il faut que ces observations aillent toutes aux Supérieurs et à eux seulement.

N. T. C. F. nous ne pourrons pas nous réunir tous de corps dans l'enceinte d'une même maison, mais nous nous réunirons tous d'esprit et d'affection dans les Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie. C'est là que nous confondrons nos pensées, nos sentiments et nos vœux ; et que, dans l'union et l'intimité d'une seule et même famille, nous prierons les uns pour les autres, nous conjurerons Jésus et Marie d'opérer parmi nous un renouvellement complet, renouvellement de ferveur et de zèle, renouvellement de piété et de régularité. Pendant que, dans le silence de la retraite, les uns méditeront leurs devoirs, approfondiront les vérités de la foi, et repasseront leurs faiblesses, les autres, au souvenir des mêmes exercices, ou en s'y préparant, recommanderont leurs confrères au bon Dieu et à la Sainte Vierge, et solliciteront pour eux les lumières et les grâces qui assurent le succès d'une bonne retraite. Ainsi, nous nous aiderons à réparer nos forces, à nous affermir dans l'esprit de notre vocation, et nous fortifierons les liens sacrés qui nous rassemblent et nous unissent tous sous les ailes de Marie.

N. T. C. F., voici la grande fête qui approche ; c'est notre fête patronale, c'est la fête de notre Mère. Qu'elle soit pour nous l'occasion de lui donner tous les témoignages possibles d'amour, de respect et de reconnaissance. Que chacun s'efforce de mériter de plus en plus pour lui et pour toute la Société, la continuation de ses bienfaits et de sa maternelle protection. Que ferions-nous, que deviendrions-nous sans l'assistance continuelle de cette bonne et tendre Mère?... Je désire que, pendant l'Octave de la fête, ou dans les huit jours qui précèdent, on récite tous les jours le Veni Creator et le Souvenez-vous, pour demander la grâce d'une bonne retraite, et que tous les exercices ordinaires de piété se fassent à la même intention.

Je recommande à vos prières le cher Frère Béronique, décédé à Notre-Dame de l'Hermitage, le 19 juillet. La mort de ce bon Frère a été des plus douces et des plus édifiantes. Quand on se rappelle quelle a été sa piété fervente, sa constante régularité, sa rare modestie, et surtout sa parfaite résignation a la volonté de Dieu tout le temps qu'a duré la maladie de langueur qui l'a emmené, on ne peut pas douter que le bon Dieu ne lui ait fait miséricorde, et qu'il ne soit déjà au ciel occupé à prier pour nous, selon qu'il nous l'a promis. Néanmoins, comme les jugements de Dieu nous sont cachés, nous continuerons à prier pour le repos de son âme. Ceux qui n'ont pas encore rempli à son égard ce qui est prescrit par la Règle, pour les Frères profès défunts, s'empresseront de le faire au plus tôt. Nous avons donné ici les messes voulues.

Nous nous proposons de faire réimprimer après les vacances, le recueil de cantiques à l'usage de nos écoles et d'y joindre les airs notés. Si vous avez quelques observations à faire sur le choix des cantiques et quelques beaux airs à faire entrer dans le recueil, vous voudrez bien nous les communiquer aux vacances: nous en profiterons avec plaisir dans l'intérêt de tous.

La nouvelle édition de la Grammaire et la première édition des Exercices orthographiques et du petit Dictionnaire qui les accompagne, s'achèvent en ce moment. J'espère qu'on aura le tout vers la fin de septembre, et peut-être même plus tôt.

D'importantes réparations nécessitées par l'augmentation rapide de la Société, et par le besoin d'assainir et de régulariser certaines parties de bâtiments, ont été faites dans nos diverses maisons de noviciat, et notamment cette année, à Notre-Dame de l'Hermitage. Ces réparations, jointes à la cherté extraordinaire des vivres, ont augmenté de beaucoup les dépenses annuelles que la Congrégation est obligée de faire ; et, par suite, ses besoins sont devenus bien grands et bien pressants. J'ai la confiance, N. T. C. F., que vous ferez, chacun dans votre ressort, tous les efforts possibles pour venir à notre secours dans cette circonstance. Je n'ai qu'à me louer du zèle et du dévouement avec lesquels, pour le très grand nombre, vous prenez l'intérêt général de la Société, et vous affectionnez la prospérité de ses maisons centrales, où chacun a droit de trouver, ait besoin, soulagement et repos; mais si cela se peut, vous mettrez encore plus d'ordre et de bonne économie dans votre administration. Vous comprendrez qu'il est de l'intérêt de tous que nous soyons bientôt à même d'éteindre les dettes qui pèsent sur tous. A ce propos, je réitère à tous les Frères Directeurs les observations et les recommandations que je leur ai déjà faites plus haut, sur le soin qu'ils doivent apporter à faire rentrer tout ce qui leur est dû.

Tâchons, N. T. C. F., de bien finir notre année scolaire. D'après la Règle, le mois d'août doit être consacré à honorer Marie d'une manière toute particulière. Passons-le bien saintement, ce mois précieux, pour l'amour de notre bonne Mère. Vous avez beaucoup de peines, de soucis et d'embarras pour préparer vos distributions et votre dernier exercice. Eh bien ! Marie vous aidera ; elle adoucira vos travaux et les fera réussir. Priez-la, prions-la tous avec une grande dévotion, et une ferveur toute nouvelle.

Je vous laisse dans ses bras maternels, en attendant, que j'aie le plaisir de vous voir et de vous embrasser, et je suis très affectueusement,

Nos Très Chers Frères,  Votre, très humble et très dévoué Frère et serviteur,

   F. François. 

4095 visits