Home > E-maristes > Circulars > Br. François - 10/07/1852



Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

27 January

Saint Angela Merici
Day of Mourning the Holocaust

Marist Calendar - January

Circulaires 49

 

Br. François
10/07/1852 - Vol. II, n. 8
Circular 49


51.01.01.1852.3

 1852/07/10

 V. J. M. J.

Notre-Dame de l'Hermitage, le 10 juillet 1852.

   Nos Très Chers Frères,

 C'est pour nous un besoin, en vous donnant la Circulaire des Vacances, de vous dire un mot sur le Chapitre Général que nous avons tenu clans le courant du mois passé. Nous devons le déclarer tout d'abord, nous attendons de grands résultats de ce qui s'est fait dans cette assemblée, et en cela nous sommes certains que nous ne nous faisons pas illusion : car déjà les effets S'en sont fait remarquer. Chacun a senti son courage et sa confiance se ranimer, son attachement à sa vocation et à l'Institut redoubler, en voyant que les Règles sont définitivement arrêtées, et que désormais la forme de vie de la Congrégation et son avenir paraissent assurés. Les sentiments des Frères se sont exprimés à ce sujet par des marques visibles de satisfaction et de bonheur. La charité, l'union et le bon esprit qui règnent parmi nous, comme, ravivés par cette mesure, se sont montrés, en cette occasion, avec une force toute nouvelle, et nous ont donné la plus douce consolation. Or ces fruits ne sont qu'à leur commencement : ils grandiront, ils se développeront et deviendront pour tous les Frères une cause de renouvellement dans la piété, dans la ferveur et dans la pratique de toutes les vertus de notre saint état.

 Mais c'est encore pour nous un devoir et un plaisir, Nos Très Chers Frères, de vous faire connaître par quellesvoies la divine Providence nous a ménagé tous ces biens. Nous pouvons le dire, ils ont deux causes principales. La première est le bon esprit et le zèle des Membres du Chapitre. Par leur piété, leur humilité, leur attachement à l'Institut et leur amour pour les Frères, les Frères Capitulants nous ont grandement édifiés ; mais ils ne nous ont pas moins surpris par leur rare intelligence, leur prudence et, je dirai même, par leur fermeté à défendre les droits de chacun, à sauvegarder les principes qui sont la base et la vie de l'Institut, et à écarter tout ce qui était de nature à compromettre les intérêts tant du corps que des particuliers. Les Frères Capitulants se sont livrés avec une application digne de tout éloge, à l'étude et à l'examen des Règles qui leur étaient soumises, et leurs travaux nous ont été de la plus grande utilité. Les observations qu'ils ont faites et qu'ils ont soutenues, dans les Séances Générales, avec une modestie, une force et une liberté qui honorent leur caractère, n'ont pas peu contribué à perfectionner nos Règles et à leur donner ce cachet de piété qu'il vous sera facile d'y remarquer.

 La seconde cause du bien qu'a produit et que doit produire encore le Chapitre, c'est que nous avons conservé dans nos Règles les principes et l'esprit de notre pieux Fondateur. Bien plus, nous avons l'intime conviction que ces Règles ne contiennent rien qui ne soit de lui, qu'elles ne sont que le résumé, le précis de ses enseignements et des instructions qu'il nous a faites sur ce sujet, pendant plus de vingt ans.

 La première partie contient toutes les pratiques de piété qu'il a établies parmi nous, avec la manière de les faire saintement et selon qu'il nous l'a appris lui-même par ses exemples et par ses leçons.

 La seconde, qui traite des vertus, renferme particulièrement l'esprit de notre Fondateur ; et, en la lisant, ceux qui ont eu le bonheur de vivre avec lui, ne pourront s'empêcher de dire : C'est bien là la voie qu'a suivie notre Père ; c'est son esprit de foi, d'humilité, de modestie, de zèle ; c'est son esprit de mortification, de pauvreté, d'amour du travail et de la régularité; c'est la manière dont il a pratiqué les vertus, et dont il voulait que ses enfants les pratiquassent.

 Dans la troisième, qui règle la conduite des Frères dansleurs rapports entre eux, avec, les enfants et avec les personnes du monde, vous ne trouverez rien non plus, absolument rien qui ne soit de notre pieux Fondateur. Là encore, vous lirez ce que nous a dit, recommandé tant de fois ce bon Père ; vous reverrez comment il se conduisait avec nous, comment il agissait dans ses rapports avec les séculiers, comment il voulait que nous nous conduisissions nous-mêmes. Oui, et tous les anciens Frères le reconnaîtront sans peine en la lisant, cette Règle, dans toutes ses parties, est l’œuvre de celui qui a fondé cet Institut, c'est son esprit, c'est ce qu'il nous a laissé, c'est ce que nous avons toujours fait, ce qui s'est toujours pratiqué, et conséquemment ce qu'il est bon, ce qu'il est nécessaire qu'on pratique toujours parmi nous.

 Les Frères qui n'ont pas eu l'avantage de connaître le R. P. Champagnat, ne seront pas moins heureux de pouvoir désormais se former avec cette Règle à l'esprit primitif de la Congrégation, c'est-à-dire, former leur piété, leur vertu et leur règle de conduite sur les enseignements, sur l'esprit et la forme de vie que nous a laissés notre Fondateur, et que renferme le texte des Règles Communes, fixé et arrêté par le Chapitre Général.

 N. T. C. F., nous avons donc de grandes actions de grâces à rendre à Dieu, pour les biens dont il nous comble. Sa protection est visible sur l'Institut : l'an passé, il nous a fait obtenir l'existence légale ; depuis les vacances dernières, il nous a amené plus de cent cinquante Postulants dans nos différents Noviciats ; et, non content de nous donner des sujets, il nous a conservé ceux, que nous avions. La mort qui, terme moyen, nous enlevait quinze à dix-huit Confrères, ne nous en a pris que sept cette année. Enfin, la bonté divine nous a bénis dans nos Frères, dans nos Ecoles, et par-dessus tout, nous a donné une Règle qui ouvre à l'Institut une ère de renouvellement dans la piété et de progrès dans les œuvres de zèle qui sont le but de notre vocation.

 Pour témoigner à Dieu notre reconnaissance, comme nous le devons, nous ferons une neuvaine comme il suit :

 1° A compter du 16 du présent mois, fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, pendant neuf jours, on récitera le Te Deum à la suite de la méditation, et le Magnificat à la suite de la prière du soir ;

 2° Toutes les communions et tous les exercices de piété, pendant ces neuf jours, se feront en actions de grâces des bienfaits accordés à l'Institut et à chacun de nous ;

 3° Tous les Frères sont instamment conjurés de faire un retour sérieux sur eux-mêmes, et de s'appliquer d'une manière particulière à se renouveler dans l'esprit de piété, d'humilité, de zèle pour le salut de leurs enfants et d'attachement à leur sainte vocation, afin de correspondre aux desseins de Dieu sur eux et sur l'Institut. 

----------------------------------- 

Retraite annuelle se fera en deux fois dans la Province de N.-D. de l'Hermitage. La première s'ouvrira le Dimanche 29 août, et la seconde le Dimanche 19 septembre.

 Les classes, dans tous les Etablissements de la Province pourront se terminer le 24 août et les jours suivants, de manière que la rentrée des Frères se fasse les trois derniers jours de la semaine. Il est essentiel que tous soient arrivés le samedi au soir, afin que la Maison soit organisée et l'ordre parfaitement établi pour l'ouverturede la Retraite le lendemain.

 Tous les Frères se rendront à la première Retraite, à moins qu'ils n'aient été avertis par des lettres particulières d'attendre la seconde, et dans ce dernier cas ils auront bien soin de n'arriver à la Maison-Mère que du 16 au 18 septembre, afin d'éviter l'encombrement.

 Dans la Province du Nord, la Retraite s'ouvrira le 15 août ; dans celle de Viviers, le 15 septembre ; et dans celle de Saint-Paul-trois-Châteaux, le 25 septembre.

 Les Frères de la Province de Viviers ne devront se rendre à la Maison Provinciale que le 12 septembre ; et ceux de la Province de Saint-Paul-trois-Châteaux, le 20 septembre.

 Les vacances seront d'un mois, comme les années précédentes et aux mêmes époques. 

---------------------------------- 

Les Règles Communes arrêtées par le Chapitre Général sont actuellement à l'impression. Nous pourrons les distribuer aux Frères dans les Retraites. Vous aurez soin d'apporter avec vous à la Maison-Mère et dans les Maisons Provinciales tous les exemplaires de la première édition de la Règle que vous avez dans vos Etablissements.

 Les Frères qui désirent faire profession à la Retraite prochaine, ou émettre le vœu d'Obéissance, en adresseront la demande, si déjà ils ne l'ont fait, avant le 15 août, à la Maison-Mère pour ]a province de l'Hermitage, et aux Maisons Provinciales pour les autres, Provinces. 

---------------------------------- 

Voici les noms des Frères décédés depuis nos dernières Retraites.

 F. Evremont, décédé à Notre-Dame de l'Hermitage, le 20 août 1851.

 +  F. Théogène, décédé à Notre-Dame de l'Hermitage, le 31 octobre 1851.

 +  F. Gabriel, décédé à Saint-Paul-trois-Châteaux, le 4 décembre 1851.

 F. Héraclée, décédé à Notre-Dame de l'Hermitage, le 31 janvier 1852.

 F. Landolphe, décédé dans sa famille, le 2 février 1852.

 V.O. F. Auscaire, décédé dans sa famille, le 19 mars 1852.

 +  F. Victor, décédé à Notre-Dame de l'Hermitage, le 24 avril 1852.

 Vous n'oublierez pas de prier pour ces chers Défunts, pour tous les Frères, parents des Frères et bienfaiteurs de la Société défunts.

 Le lundi, le mardi et le mercredi, après la lecture de la Circulaire, on dira l'Office des Morts à trois leçons pour le repos de leurs âmes ; le jeudi, on fera dire une Messe et on offrira une Communion à la même intention. 

---------------------------------- 

Pour nous disposer à bien célébrer la Fête de l'Assomption, qui est la fête patronale de l'Institut, nous réciterons, pendant les neuf jours qui la précèdent, trois Ave Maria après la méditation, et trois après la prière du soir. Pendant l'octave de la Fête, on récitera aussi, tous les jours, après la prière du soir, le Veni Creator et le Souvenez-vous, pour obtenir la grâce de faire une bonne Retraite.

 La présente Circulaire sera lue en Communauté, à l'heure ordinaire de la lecture spirituelle, le premier jour après sa réception.

Que la grâce et la paix de Notre Seigneur Jésus-Christ soient toujours avec vous.

Je suis, avec la plus tendre affection, en Jésus, Marie, Joseph,

Mes très chers Frères,

Votre très humble et très obéissant serviteur,

      F. François.

--------------------------------------------

4102 visits